Qui suis-je ?
 

 

Vaste question…

Les indéniables
Gérard, c’est mon prénom. Je suis né à Guimiliau. Adorable village breton du Finistère-Centre où tous les nombreux touristes prenaient en photo l’Enclos Paroissial, bel ensemble architectural édifié au XVIème et XVIIème siècle et merveilleux exemple du gothique flamboyant breton.

Mon premier appareil photo arriva dans ma vie vers l’âge de 7 ans, gagné lors d’un concours organisé par CADUM. J’avais en fait triché en découpant des vignettes sur l’emballage des savons du même nom, dans l’épicerie que tenait ma chère Maman à Landerneau. Et devinez quel était le commerce qui jouxtait cet « Union des Docks » : un photographe ! Monsieur Doz si mes souvenirs sont exacts.

C’est donc très rapidement que j’en vins, vers 14 ans, à Brest, à utiliser assez régulièrement le labo photo que le Comité d’entreprise de mon père mettait à la disposition de tous !

Et là je découvris la magie du tirage noir et blanc.

Les collatérales
A peu près à la même époque, un ami de mon père m’initia à la Magie… la vraie !
Cela devint aussi très vite une passion. Les cordes coupées raccommodées, les cigarettes qui apparaissent pour disparaître tout de suite après. Les cartes qui voyagent, les anneaux chinois n’avaient plus de secret pour moi !

Après une éclipse due à de très, voire de trop longues études, suivies d’un service militaire exemplaire, le Docteur dans la vie voulut devenir Docteur ès Magie et postula au concours d’entrée de l’Amicale Robert Houdin de Nantes. Très ému, il soutint un examen devant ses Pairs qui lui décernèrent une Mention dont je suis encore très fier aujourd’hui…

Très fier en effet de rentrer dans la Confrérie des derniers détenteurs du Merveilleux… Et fier aussi de savoir, par un simple Abracadabra, ouvrir la porte de cette oasis de rêves et d’émerveillements. Une autre façon de sortir de la grisaille quotidienne.

Les impératifs
Mon premier ordinateur date de 1982. C’est l’époque où l’Education Nationale parlait de faire entrer l’informatique à l’école maternelle ! Mes parents avaient choisi l'Excel !

Et je me mis donc à pianoter comme un forcené sur cet Excel. Et oui ! L’Education Nationale n’avait pas toujours fait les meilleurs choix quant au matériel choisi pour équiper ses établissements. 64K de mémoire !!! Mais cela marchait et me permettait de faire mes premiers pas dans la programmation en Basic !

Cette attirance pour l’Informatique est très vite devenue une drogue passionnelle. Et cette passion s’est transformée en rage maladive lorsque j’ai touché pour la première fois à la retouche photo !
Je passais volontiers mes nuits avec Madame Photoshop !
De nature fidèle, j’ai pourtant divorcé il y a deux ans pour concubiner avec Mademoiselle Paint Shop Pro ! Cette dernière plus légère convient mieux à mes fantaisies. Les puristes vont hurler, mais tous les goûts ne sont-ils pas dans la nature !

La boucle est bouclée…
C
omment faire de la photo, de la Magie, de l’informatique en même temps ? Une seule solution : la photo numérique… Voilà pourquoi depuis maintenant quelques années, j’ai délaissé mon Nikon argentique, pour venir par étapes au Minolta Dimage7 . On y retrouve les réflexes d’un vrai photographe qui aime choisir ses priorités, ses profondeurs de champ, ses focales, ses ouvertures en un mot ses repères.

Et mon porte-monnaie et ma passion viennent de franchir une autre étape : celle du D100 Nikon ! Un "vrai" réflexe numérique.
Et bien entendu les objectifs qui vont bien !!!

A savoir : Sigma 24-70mm APO EX f:2.8, L'AF Micro Nikkor 60mm f:2.8 D, et le Sigma 70-200mm APO f:2.8 D. Voila vous savez tout, sauf l'état de mes finances !

En septembre 2004 nouvelle évolution vers le grand frère du D100, le D70. Les mêmes caractéristiques globales mais pilotant les flashes avec la technologie i-TTL. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, dans le paquet cadeau il y avait aussi un SB 800 et deux SB 600.
Il ne reste plus qu'à les dompter!

Le D70 est remisé au placard vers le début 2006.
Je franchis le pas et passe chez Canon. Et pas le moindre, un EOS 1D Mark II !
En Studio je reste fidèle au 24-70 Sigma 2.8 APO EX : mon copain, mon objectif que j'aime, mais avec monture Canon cette fois-ci.
Et le fabuleux 70-200 2.8 L dont je vais m'efforcer de découvrir et surtout d'exploiter toutes les possibilités.

Et me voilà reparti vers de nouvelles aventures. Passionné par les rapports humains, je retrouve cette envie de Portraitiser. Passionné par la beauté de la Femme, je me lance à focale perdue, dans des séances de pose de plus en plus construites. Aimant les saveurs et les senteurs typées, c’est tout naturellement vers les Métis et Africaines que j’oriente une partie de mes efforts.

Je ne néglige pas l’Asie dont je suis littéralement tombé amoureux ni les animaux qui m’ont toujours fasciné.

Bien Magicalement et numériquement votre !

Gérard MORIC

 

copyright © G Moric Magicalement numérique